Tourisme

La dalle de Saint-Thomas-Didyme

La dalle de Saint-Thomas-Didyme

Entre 1949 et 1962 " Price Brothers & Company Ltd " exploite un dalle qui transporte la pitoune entre le lac à Jim et la rivière Ashuapmushuan. L'industrie forestière pouvait ainsi acheminer le bois de pulpe uniquement par voie d'eau jusqu'à l'autre extrémité du lac Saint-Jean, soit à Alma. Surplombant le niveau d'eau du lac à Jim de 85 pieds à son départ, et longue de plus de 13,5 kilomètres , cette rivière artificielle transporta plusieurs milliers de cordes de bois destinées à la pulpe pendant les 14 années qu'elle opéra. À la source au lac à Jim, la dalle était remplie d'eau par de puissantes pompes. Quant au bois, on le montait à l'aide d'un convoyeur à chaîne. La dalle était construite de bois. Le bassin dans lequel passait l'eau était constitué de madriers aboutés et joints le plus serré possible pour réduire les fuites. On atteignait un niveau acceptable d'étanchéité lorsque le bois avait renflé pendant quelques jours sous l'action de l'eau. Sa structure s'agrippait pour une bonne partie de son parcours aux flans des montagnes. A certains endroits, selon la topographie du terrain, elle passait soit en dessous, soit au –dessus du chemin qui la longeait. Près d'ici, la dalle passait à plus de 67 pieds du sol grâce à un ingénieux échafaudage communément appelé un tracel. Dispersés tout au long de son parcours à tous les demi kilomètre, des guetteurs armés de gaffes s'assuraient que le bois descende bien régulièrement.
En raison de leurs grosseurs, les billes de bois n'avaient pas toutes la même vitesse. Certaines pouvaient obstruer le passage des autres et provoquer des barrages ( des jams, comme on disait ). Alors, à partir d'un système téléphonique en circuit fermé, les surveillants s'appelaient les uns les autres pour passer le message de ralentir la descente des pitounes pendant la durée du problème. La dalle fut une bonne source de revenu pour les travailleurs de la municipalité de Saint-Thomas-Didyme puisqu'une centaine d'hommes était requise pendant tout l'été (généralement du mois de juin au mois de septembre) pour opérer ce chemin d'eau le jour comme la nuit. On ne faisait relâche que le dimanche. Par cette reconstitution d'une partie de son histoire, la municipalité de Saint-Thomas-Didyme a voulu rendre un hommage à la ténacité et à l'ingéniosité des pionniers qui ont su relever des défis de taille pour mener à bien leurs différents projets et entreprises. Ce projet a été rendu possible grâce à une subvention du programme de mise en valeur des ressources du milieu forestier, de la MRC de Maria-Chapdelaine et grâce aussi à la participation de la municipalité de Saint-Thomas-Didyme. Pitoune : Bille de bois de 4 pieds de longueur destinées aux usines de fabrication de papier.

Information: Municipalité de Saint-Thomas-Didyme, Tél.: 418 274-3638